Institut d’anthropologie clinique

Une étude s’intéresse aux familles homoparentales

Une étude s’intéresse aux familles homoparentales

Publié par Jérôme Courduriès le 2 décembre 2014 à 15:12 | 0 commentaires

Mots clés : , , , , , , , , ,

Thématiques : Psychothérapies, Familles contemporaines

Le projet de recherche « Homoparentalité, fonctionnement familial et développement des enfants », financé par l’Agence Nationale de la Recherche et la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, vise à mieux connaître la vie quotidienne des familles homoparentales, les modalités de leur constitution et la manière dont les enfants se socialisent et s’insèrent dans leur parenté plus large.

Il s’agira aussi, pour les psychologues de l’équipe, d’étudier les modalités de construction psychoaffective des enfants issus de familles homoparentales. Et ce en collaboration avec la recherche « Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance » (Elfe, Ined, Inserm, efs), qui vise à étudier 18 000 enfants et leurs familles, sur vingt ans, sous l’angle des sciences sociales, de la santé…

Le recrutement de familles homoparentales dans le cadre de la cohorte Elfe — effectué en maternité — s’est révélé bien trop faible, avec seulement 16 familles homoparentales. Ce qui nous a conduit, pour ce nouveau projet, à la nécessité de recruter par auto-adhésion, par le biais d’associations ou des réseaux sociaux, de sites internet ou encore via la presse généraliste (deux billets ont été publiés par Libération et Le Monde).

Bandeau du site duprojet

Originalité du projet, faire porter la recherche sur les enfants, ce qui est encore assez rare en France. Outre le volet quantitatif, qui consiste à répéter le dispositif Elfe, avec des protocoles similaires (questionnaires, tests cognitifs…), il y a un axe qualitatif important avec deux volets : un volet socio-anthropologique, à l’aide d’entretiens sur la façon dont les familles construisent des liens de parenté, et un volet psychologie clinique, qui consiste à l’étude de vingt familles, dont dix avec des enfants âgés de 3 à 4 ans et dix avec des enfants de 9 à 11 ans.

Ce qui nous intéresse au cours de ces entretiens est notamment la manière dont ces familles s’inscrivent dans leur environnement social, leur vie quotidienne, la façon dont elles inscrivent leurs enfants dans leur parenté et ce qu’ils disent à leur enfant de leur situation familiale. Par exemple, en l’absence de lien biologique et légal de filiation, comment nomme-t-on les grands-parents, les oncles et tantes, comment s’organisent les fêtes de familles ; bref comment fait-on famille ?

Nous sommes actuellement en phase de recrutement des familles.

Jérôme Courduriès

Publiez votre commentaire

Mollom CAPTCHA

Commentaires

Personne n’a encore commenté cette page.

Flux RSS pour les commentaires de cette page | Flux RSS pour tous les commentaires