Institut d’anthropologie clinique

Pourquoi un institut d’anthropologie clinique ?

Logotype de l’IAC

Institut d’anthropologie clinique

La souffrance psychique est indissociable
des structures symboliques
qui organisent les groupes humains

Recul des approches cliniques dans le champ de la médecine, de l’éducation et du travail social

Les sociétés mondialisées confrontent à des formes de souffrance psychique qui laissent démunis les acteurs isolés dans l’insularité de leurs approches cliniques. Dispersés, les courants théorico-cliniques des champs médico-sociaux perdent un crédit mis à mal par les dérives idéologiques de la « science » et du « résultat ».

Pour autant, des théories élaborées dans différents contextes sociaux et historiques ont apporté un outillage conceptuel et méthodologique précieux, mais qui, aujourd’hui, s’avère parfois opérationnellement limité. Interroger autrement ces approches théorico-cliniques favoriserait des ponts pour construire des formes d’interventions et d’évaluation.

Champ de l’anthropologie clinique

Depuis longtemps l’anthropologie s’intéresse aux façons de penser les désordres du corps, de l’esprit et des groupes sociaux, et aux façons d’y remédier. Cette discipline scientifique a élaboré des méthodes et des outils pour décrire les pratiques et analyser les systèmes symboliques dans lesquels elles s’inscrivent.

Une anthropologie des formes de l’expérience clinique dans des sociétés mondialisées, c’est-à-dire des situations cliniques saisies à la fois dans leur diversité théorico-pratique et dans leur unité anthropologique, peut s’envisager comme une voie possible pour évaluer et inventer des pratiques.

Dans cette perspective, le champ de l’anthropologie clinique est autant celui de l’étude anthropologique de formes cliniques que de pratiques cliniques qui intègrent ou s’appuient sur les savoirs de l’anthropologie.

Un lieu pour expérimenter, apprendre, étudier, inventer

Centre de consultation pour des psychothérapies individuelles, en couple ou des thérapies familiales, l’Institut d’anthropologie clinique est un espace d’étude et de recherche, de formation et d’accompagnement des pratiques professionnelles. Lieu de réflexion des professions psychothérapeutiques, médicales, sociales, éducatives ou pédagogiques à partir d’une prise en compte des dimensions intrapsychiques, relationnelles, culturelles et institutionnelles.

Par ces objets d’études contemporains, l’anthropologie propose d’autres perspectives à la réflexion du clinicien confronté aux difficultés qui résultent des transformations : du couple, de la famille, des façons d’élever et de protéger les enfants, des formes du lien social, des rapports au corps, à la sexualité, à l’identité, à la maladie, au handicap, à l’altérité en situation mondialisée…

Depuis plusieurs années maintenant, mes différentes pratiques auprès de patients, de professionnels, d’équipes et d’institutions sont travaillées par cette tension entre clinique et anthropologie. Ouvrir ce lieu, c’est m’engager dans un chemin pour formaliser cette tension et contribuer avec d’autres à l’émergence d’une anthropologie clinique.

Serge Escots