Institut d’anthropologie clinique

Nouveau livre de Jean-Claude Maes : « Liens qui lient, liens qui tuent — L’emprise et ses dérives »

Nouveau livre de Jean-Claude Maes : « Liens qui lient, liens qui tuent — L’emprise et ses dérives »

Publié par Serge Escots le 28 septembre 2014 à 11:09 | 0 commentaires

Mots clés : , , , , , , , ,

Thématiques : Travail social, Psychothérapies, Santé mentale, Sémiotique clinique

assets/Images/Illustrations/Autres-blog/_resampled/SetWidth209-Couverture---Liens-qui-lient-liens-qui-tuent---J-C-Maes.jpg

Notre collaborateur et ami Jean-Claude Maes vient de publier chez Liber un ouvrage sur les relations d’emprise. Cette nouvelle contribution vient enrichir la réflexion clinique de tous, médecin, psychothérapeute, éducateur, travailleur social, enseignant, etc. et chacun pourra y trouver pour sa vie personnelle quelques lumières sur cette pente plutôt obscure de notre humanité.

Dans ce travail de Jean-Claude Maes, la sémiotique est mise à contribution de façon explicite et d’une manière — saluons la performance — qui la rend accessible à tous. On y distingue le processus d’emprise qui participe du fonctionnement humain, de son appropriation morbide par l’exploitation des vulnérabilités dans le cadre de « l’emprise pathologique ». Si la dimension psychopathologique individuelle est présente, ce n’est que pour mieux analyser les relations d’emprise qui se nouent dans le cadre de systèmes d’emprise qui transcendent les acteurs, donnant ainsi les clés de compréhension à celui ou celle qui souhaite intervenir dans ces contextes.

L’ouvrage, sérieusement documenté et dénué de bavardages inutiles ou ennuyeux, apporte une multitude d’informations. Sa réflexion stimule par la confrontation dynamique des nombreux modèles qui s’y trouvent convoqués. Ici, les psychanalystes de tous bords croisent, les thérapeutes de famille de tous poils, dans un compagnonnage fait d’anthropologues, de linguistes, de sémioticiens et de philosophes. Un livre qui donne envie d’explorer une problématique qui par sa nature même pourrait parfois nous inviter à s’en détourner.

Serge Escots

Publiez votre commentaire

Mollom CAPTCHA

Commentaires

Personne n’a encore commenté cette page.

Flux RSS pour les commentaires de cette page | Flux RSS pour tous les commentaires