Institut d’anthropologie clinique

Laïcité : relance de la polémique autour des crèches (celles du petit Jésus, avec foin, ânes et rois mages, cette fois !)

Laïcité : relance de la polémique autour des crèches (celles du petit Jésus, avec foin, ânes et rois mages, cette fois !)

Publié par Lola Devolder le 19 décembre 2014 à 11:12 | 0 commentaires

Mots clés : , , , , , ,

Thématiques : Travail social, Addictions, Méthodologie et évaluation, Accueil familial, Psychothérapies, Familles contemporaines, Protection de l’enfance, Santé mentale, Sémiotique clinique

La présence de crèche dans certaines mairies relance la polémique autour de la question laïque. C’est une occasion nouvelle de confirmer que c’est là « le » sujet social de ce début de 21e siècle. Et les politiques ne s’y trompent pas, semant chaque jour un peu plus la confusion dans les esprits, renforçant les différences, mettant en concurrence les identités.

Dans les faits, la loi permet de trancher rapidement le débat sur la présence d’une crèche : les lieux de service public sont soumis au devoir de neutralité. En revanche, les termes des discussions sont intéressants. Excluons préalablement de la réflexion les postures de mauvaise foi, masquant des opinions racistes sous le voile laïque. Reste une vraie tension entre deux positions :

  • l’une défendant la liberté : par le principe de laïcité, l’État garantit à chacun-e d’exercer son culte, quel qu’il soit ;
  • l’autre défendant l’égalité : par le principe de laïcité, l’État garantit un cadre neutre pour accueillir chacun-e, quel qu’il soit.

Privilégier catégoriquement, l’une ou l’autre de ces valeurs, nous enfermerait dans un radicalisme vain. Il s’agit plutôt de penser cette tension en fonction des contextes ; non pas pour penser la laïcité selon l’air du temps, mais selon les enjeux sociaux — et dans le cadre légal, bien évidemment —. Rappelons que la loi de 1905 est née pour permettre le vivre ensemble. C’est la fraternité que garantit, au fondement, le principe de laïcité. Peut-être est-il temps de réintroduire dans le débat, ce troisième terme, parent pauvre de la devise de la république. Et s’il est trop connoté du côté du religieux et du masculin, nous pouvons lui substituer celui de convivialisme*, comme ligne de mire de la réflexion d’un vivre ensemble cohérent socialement, mais aussi moralement, politiquement, économiquement et écologiquement.

Aussi, pour que la laïcité ne soit ni un renoncement à ce que je suis, ni une uniformisation de ce que nous sommes, elle pourrait être la contrainte que je me donne pour pouvoir vivre avec l’autre différent, dans un monde convivialiste.

Couverture : Manifeste convivialiste — Déclaration d’interdépendance (2013)Lola Devolder

* Profitons-en pour signaler ce texte, à lire et offrir sans modération : Manifeste convivialiste — Déclaration d’interdépendance.

Pour penser plus loin ce débat, à l’occasion de la journée nationale de la laicité (9 décembre) :

Publiez votre commentaire

Mollom CAPTCHA

Commentaires

Personne n’a encore commenté cette page.

Flux RSS pour les commentaires de cette page | Flux RSS pour tous les commentaires