Institut d’anthropologie clinique

L’édito — Humeurs réflexives !

L’édito — Humeurs réflexives !

Publié par Élisabeth Suteau le 6 octobre 2015 à 15:10 | 1 commentaires

Mots clés : , , , ,

Thématiques : Travail social, Addictions, Écrits professionnels, méthodologie et évaluation, Accueil familial, Psychothérapies, Familles contemporaines, Protection de l’enfant, Santé mentale, Sémiotique clinique

Opus 1 — Ni oui, ni non… ni race-s !

Valérie Pecresse : « Mais c’est pas parce qu’on rayera un mot qu’on enlèvera le problème. » (« L’invité », Le 7/9, France Inter, 01/10/2015)

Et si on essayait quand même !

Si je décide de supprimer un mot de mon vocabulaire, lequel vient en substitution ? Un seul ? Plusieurs ? Ou tout un nuancier comme au ni oui ni non, dans lequel je vais venir piocher au gré des circonstances ?

Quand l’usage du mot race-s sera tombé en désuétude, qu’aurons-nous inventé pour parler des différences des humains ?

Si on inventait d’autres façons de penser la diversité humaine, que deviendrait le racisme ?

Si ce n’est pas avec les mots que l’on change les mentalités, c’est avec quoi alors ?

Opus 2 — Mon pays, ma couleur… mon odeur de sainteté ?

Gilbert Collard : « […] historiquement, la France est un pays d’origine blanche, comme l’Afrique un pays d’origine noire, l’Asie un pays d’origine jaune. » (Le Lab, Europe 1, 01/10/2015)

N’oublions pas l’Australie ! « Les Australiens adoptent leur maillot jaune maintenant familier lors de la tournée de 1961 en Afrique du Sud. En effet, leur maillot précédent vert peut prêter à confusion avec le maillot springbok. La tenue nationale reste depuis à dominante jaune. Le rugby à XIII n’a pas connu ce problème : il n’est presque pas pratiqué chez les Sud-Africains qui n’ont pas d’équipe nationale de bon niveau. » (Wikipédia)

Opus 3 — Peaux rouges, jaunes, noires, blanches… un nuancier Pantone disponible !

Angélica Dass est à l’origine d’un recueil photographique de portraits, basé sur le volontariat des modèles et l’aléatoire de l’ordonnancement de l’œuvre d’ensemble…

Elle a eu l’idée de rechercher pour chaque personne « l’identité couleur » de sa peau à l’aide du nuancier Pantone et d’en tapisser le fond de ses images. Le catalogue ainsi constitué est aussi époustouflant qu’infini !

Comment dès lors évoquer toute différence ou ressemblance entre les humains comme entre les groupes d’humains, sans un nuancier de mots aussi riche qu’infini ?

Élisabeth Suteau

Publiez votre commentaire

Mollom CAPTCHA

Commentaires

  • Pour poursuivre, la catégorisation Bantu, Nilotique, Pygmée a-t-elle un sens? https://www.youtube.com/watch?v=GHIBCT4H_RM
    3 minutes pour démontrer l'utilisation idéologique de l'anthropologie physique et reposer une question chère à Christine Delphy: peut-on classer sans induire/produire de domination d'une catégorie sur l'autre.

    Envoyé par Lola Devolder, 17 octobre 2015 (il y a 2 années )

Flux RSS pour les commentaires de cette page | Flux RSS pour tous les commentaires