Institut d’anthropologie clinique

Formation : Penser le fait laïque en institution : concepts et pratiques

THÉMATIQUES TRANSVERSALES

Formation

Penser le fait laïque en institution : concepts et pratiques

Lola Devolder et Serge Escots
Liens : articles de Lola Devolder sur la laïcité, librairie en ligne, autres ressources documentaires, billets dans le blog

3 jours en décembre 2017.
Téléchargez la plaquette.
Inscrivez-vous.

Faut-il servir des repas hallal dans les institutions ? Faut-il changer l’heure des repas pris collectivement pendant le ramadan ? Doit-on intervenir quand une jeune mineure que l’on doit protéger se met à porter soudainement un voile intégral ? Comment accompagner vers l’emploi des personnes qui refusent de travailler dans un milieu non mixte ? Peut-on permettre des temps de prière sur le lieu de travail pour les salarié-es ? Quelle place laisser au facteur religieux dans la relation d’aide ? Tant de questions que se posent les professionnels de l’intervention sociale aujourd’hui, exprimant une réelle difficulté à trouver une boussole à leurs actions face à l’émergence contemporaine du fait religieux.

Prises dans la tempête médiatique et l’instrumentalisation politique du débat laïque, les institutions deviennent depuis quelques années de véritables terres d’affrontement idéologiques : les uns protégeant la liberté de culte (au nom de l’égalité de tous), les autres défendant la neutralité (comme garantie de la liberté de chacun). Ces deux positions, qui sont les deux piliers de la loi de 1905, sont aujourd’hui antagoniques, presque incompatibles. Preuve est alors faite que les mots et les lois n’ont de sens qu’articulés à des contextes et que ces derniers ont changés du fait des mutations sociopolitiques d’abord, mais aussi des transformations des enjeux identitaires individuels et collectifs. Les frontières entre culturel et cultuel ne sont pas si évidentes, de même que celles entre privé/public, religieux/politique et le recours à la laïcité, telle qu’historiquement comprise, ne suffit plus à réguler les manifestations religieuses.

Or, la laïcité reste le principe fondateur autour duquel s’organise le vivre ensemble, garantissant le respect de tous, dans un cadre commun. Il apparait alors aujourd’hui nécessaire de penser la laïcité au regard de ses défis actuels, en l’interrogeant dans ses multiples acceptions, nuances et parfois contradictions pour mieux se repérer sur le terrain. Cela implique également de comprendre les rites et imaginaires religieux tels qu’ils se présentent au 21e siècle, leurs raisons anthropologiques, pour mieux en appréhender leur expression et les demandes afférentes, qu’elles émanent des salariés ou des bénéficiaires.

 

OBJECTIFS

  • Revisiter les concepts et valeurs qui fondent le vivre ensemble laïque.
  • Appréhender les enjeux contemporains de la laïcité en institution scolaire, sociale, médico-sociale ou sanitaire.
  • Maitriser le cadre légal et réglementaire pour les salariés et les usagers/bénéficiaires, pour les services publics et les établissements privés.
  • Permettre aux professionnels de mettre en œuvre une méthode pour appréhender les manifestations religieuses, dans leur contexte institutionnel et construire des réponses adaptées aux situations qu’ils rencontrent dans leurs pratiques.
  • S’approprier des repères pour construire une éthique laïque en institution.

THÉMATIQUES

  • Anthropologie clinique du fait religieux.
  • Enjeux et impact sociétal des religions dans un contexte sécularisé et laïque.
  • Rappel du cadre d’application de la laïcité.
  • Modalités d’application : position institutionnelle, positionnement d’acteurs.
  • Éthique de conviction, éthique de responsabilité.
  • Outils institutionnels.
  • Repères pour construire un cadre éthique laïque pour les pratiques.

MÉTHODES PÉDAGOGIQUES

  • Exposés.
  • Analyse des pratiques.
  • Simulation de situations professionnelles.
  • Documentation.

ÉVALUATION

  • Recueil individuel des difficultés initiales.
  • Synthèse intermédiaire.
  • Bilan de fin de formation.

INTERVENANTS

Lola Devolder est linguiste, formatrice. Elle accompagne les équipes dans leur réflexion sur les écrits professionnels, la transmission d’informations, la coopération éducative ainsi que les questions éthiques — notamment la laïcité en institution —. Formée à la sémiotique, elle participe aux recherches et études conduites à l’Institut d’anthropologie clinique portant sur le sens des pratiques sociales en contexte de mutations sociétales.

Serge Escots est anthropologue, psychothérapeute, consultant en pratiques médico-sociales, chercheur en sciences sociales et chargé de cours en thérapie familiale à l’Université Toulouse – Jean Jaurès. Il a fondé et dirige l’Institut d’anthropologie clinique.

 

Durée : 3 jours (21 heures)

Dates : 11, 12 et 13 décembre 2017

Lieu : Institut d’anthropologie clinique
  29, chemin des Côtes de Pech David
  31400 Toulouse
Public :
 
groupe pluridisciplinaire de 10 à 15 stagiaires ; tous professionnels, tous secteurs : social, médical, éducatif, sanitaire, médico-social, etc.
Coût : prise en charge professionnelle : 540 €
  professionnels à titre particulier : 405 €
  étudiants et demandeurs d’emploi : 360 €
  (3 jours, plateau-repas compris)

Publiez votre commentaire

Mollom CAPTCHA

Commentaires

  • Merci encore une fois de tt ce questionnement et d une possibilité de réfléchir en dehors des idées préconçues... À poursuivre et à aller au-delà du bon et du mauvais !!!ts mes bons voeux dans ce travail de remise en sens...

    Envoyé par Nicole Bical , 7 janvier 2016 (il y a 2 années )

Flux RSS pour les commentaires de cette page | Flux RSS pour tous les commentaires