Institut d’anthropologie clinique

Enquête sur le sentiment de perte du sens au travail : appel à témoignages

Recherche

Enquête sur le sentiment de perte de sens au travail

Appel à témoignages à l’attention des médecins, psychologues, travailleurs sociaux, professionnels des métiers du soin, de l’accueil ou de l’éducation

On observe ces dernières années, chez de nombreux professionnels des champs médical, social ou médico-social, l’expression d’un « sentiment de perte de sens » au travail.

Les contextes où ce sentiment peut émerger peuvent être innombrables : perte de sens vécue dans le travail qui est demandé ou attendu, ressentie dans les évaluations qui en sont faites, mise en œuvre au travers de procédures de gestion ou d’administration, ou simplement dans des commentaires politiques entendus…

Mais que veut-on dire par « ce que je fais n’a plus de sens » ; « je me demande quel sens à mon travail aujourd’hui ? » ; « ça n’a pas de sens, ce qu’on me demande de faire », etc. ? Nous semblons tous comprendre ce que ces expressions veulent dire. Est-on sûr pour autant que ceux qui les emploient y mettent le même sens ? À quoi renvoient les situations où ce sentiment émerge ? Qu’est-ce qui conduit un professionnel à éprouver ce type de sentiment ?

L’IAC propose de collecter des témoignages pour constituer un corpus de textes à des fins d’analyse. Chaque témoignage se présente sous la forme d’un texte qui situe (de façon anonyme) le professionnel, le contexte où il exerce et la situation qui a conduit à éprouver ce « sentiment de perte de sens » au travail.

Fragment autobiographique d’une expérience professionnelle, chaque texte n’excède pas une page ou 500 mots et commence par un titre qui formule le sentiment de perte de sens dont il est question.

Afin de favoriser les échanges entre professionnels des champs médical, social ou médicosocial, ces textes seront accessibles sur le site de l’IAC en vue de contribuer à une réflexion générale. Les résultats de l’étude ainsi que la description de la méthode utilisée seront publiés.

Cette étude s’intéresse à la construction du sens de la perte de sens. Par conséquent, la singularité du lieu ou des personnes qui participent de la situation décrite dans le texte n’est pas nécessaire, ainsi, s’il est important de savoir qu’il s’agit d’un hôpital ou d’une association caritative, ou d’un service de protection de l’enfance, etc., son identification ne devra pas apparaître. Il en va de même pour les fonctions et les personnes.

L’IAC s’autorisera à rendre anonymes les témoignages.