Institut d’anthropologie clinique

Du « mariage pour tous » à l’égalité pour tous

Du « mariage pour tous » à l’égalité pour tous

Publié par IAC le 10 décembre 2012 à 12:12 | 0 commentaires

Mots clés : , , , , , ,

Thématiques : Travail social, Psychothérapies, Familles contemporaines, Protection de l’enfance

Nous vous proposons ici les témoignages et appels de Florence Mary et d’Alex Lassalle, parmi de nombreux autres qui méritent d’être lus et entendus :

Manif samedi, 15 décembre, 14h, Nantes : nous avons besoin de vous tous ! (Paris, le 16 décembre)

Bonjour à vous,

Ça vous dit, une petite manif pour vous réchauffer dans la bonne humeur ? Il s’agit du "mariage pour tous" et nous avons besoin de vous.
Samedi 15 décembre, 14h place du Bouffay.

Nous en avons marre de nous faire insulter et rabaisser par des personnes obtuses qui ne connaissent pas la réalité de nos vies, de nos familles.
Nous ne supportons plus d’entendre les actualités depuis quelques semaines.
Nous avons besoin de leur montrer que nous sommes aussi nombreux à vouloir l’égalité et que nous sommes de vrais citoyens, républicains, solidaires…

  • Le mariage : Nous n’avons pas forcément envie de nous marier, mais pouvoir se marier, c’est aussi pouvoir dire non au mariage, et pouvoir choisir comme vous.
    Aujourd’hui, avec ce projet de loi, nous serons "obligés" de nous marier pour protéger nos enfants (pouvoir donc l’adopter pour le parent "social, comme moi) et que ces 2 parents soient reconnus.
    Nous, citoyens et associations militons pour une reconnaissance de la filiation hors mariage (comme c’est le cas au Québec, en Espagne…), mais pour le moment, ce n’est pas dans le projet de loi.
    Là, si vous voulez nous aider, vous pouvez interpeller vos députés préférés sur cette question et sur la suivante.
  • La PMA : C’était un engagement de François Hollande, d’ouvrir la Procréation Médicalement Assistée aux femmes (en couple homo ou seules).
    Ils l’ont retiré du projet de loi…
    Un amendement va être présenté, mais il y a peu de chance qu’il soit voté.
    On va reconnaître donc nos familles, mais pour faire vos familles, débrouillez-vous et continuez à aller à l’étranger, à désespérer et à vous ruiner !! Merci.
    L’argument qui ressort aujourd’hui, c’est la peur, après la PMA, de l’ouverture de la GPA (Gestation pour Autrui pour les hommes), sur motif d’égalité Homme / femme. Il faut savoir que les associations ne réclament pas cela, et que cet argument est faux : la GPA pose des questions bien plus éthiques… qui méritent un autre débat. Si une femme par nature peut faire un enfant, c’est pas de notre faute. Et regardez les pays qui ont adopté la PMA pour les homos : ils n’ont pas adopté la GPA dans la foulée, donc ça n’a rien à voir.

BREF, QUE VOUS SOYEZ POUR OU CONTRE LE MARIAGE, SOYEZ AVEC NOUS POUR L’ÉGALITÉ.
Nous y serons en famille et avec des amis à Nantes.
Et nous serons à Paris le lendemain pour la grande manif (sans enfant cette fois).

Bien à vous,
Florence MARY
Actualité : http://www.les-chats-perches.fr/
Infos manif : http://www.clgbt-nantes.fr/spip.php?article688

Manifestation « Égalité maintenant » (Nantes, 15/12/2012)

Salut à tous,

À moins d’être entré en hibernation, vous n’avez pas pu manquer les « débats » en cours autour du projet de loi sur le « mariage pour tous ». Il se peut en revanche que vous n’ayez pas pris l’entière mesure de la violence que ces soi-disant débats représentent pour nous. Par nous, j’entends les gays et les lesbiennes.

Depuis plusieurs semaines, nous sommes quotidiennement et publiquement comparé-es à des pédophiles, à des zoophiles, à des pervers incestueux. J’en passe. Nous sommes accusé-es de vouloir détruire l’ordre républicain. Quand il ne s’agit pas de la civilisation toute entière.

Les gays et les lesbiennes de ma génération ont la peau dure. Après tant d’années à encaisser, nous avons appris à dissimuler la tristesse et la rage que provoquent de telles injures. Mais parce que ces soi-disant débats étaient les mêmes en 1999, au moment du vote du PACS, je sais par expérience qu’ils sont une marque au fer rouge pour les plus jeunes. Et que leurs blessures seront longues à cicatriser.

Il suffit également d’ouvrir les yeux sur les violences ayant émaillées la manifestation de l’extrême droite catholique de ce dimanche pour retracer le chemin qui lie l’injure publique et la banalisation de l’homophobie aux agressions violentes, pouvant parfois aller jusqu’au meurtre, dont les gays et les lesbiennes de France et d’ailleurs sont toujours régulièrement les victimes.

Pour la petite histoire, j’ai toujours su que j’étais attiré physiquement par les garçons. C’était aussi naturel pour moi que d’être blond, que d’avoir les yeux bleus. Bien sûr, j’ai vite compris qu’il fallait mieux éviter d’en parler et essayer d’être discret au moment d’acheter Mes Petits Poneys dans mon village natal du Limousin.

Les choses sont devenues plus compliquées quand j’ai réalisé, autour de l’âge de 14 ans, que mes désirs allaient avoir des conséquences sur ma vie sociale et familiale. J’ai intégré alors qu’il n’y avait pas d’autres choix : je ne pourrai jamais me marier, jamais avoir d’enfants, jamais vivre comme j’avais toujours pensé que j’allais vivre.

Aujourd’hui, les choses vont peut-être changer. Les enfants se découvrant homos pourront peut-être enfin continuer de penser que leurs désirs sont aussi naturels et évidents que la couleur de leur cheveux. Ils pourront se marier, avoir des enfants… s’ils le souhaitent.

Mais avant que cela ne soit possible, nous avons besoin de vous. Nous avons besoin de vous en tant qu’ami-es, que parents, que frères, que sœurs, que collègues de travail… Nous avons besoin que vous montriez que les homophobes sont une minorité dans ce pays.

Nous avons d’autant plus besoin de vous que François Hollande semble se dégonfler (hihihi pardon !) en donnant des gages aux homophobes à l’heure où nous avons besoin que le maitre d’œuvre de cette loi (faisant partie de ses promesses de campagne) fasse preuve de fermeté (hihihi pardon encore).

Même si j’aimerais croire que chacun d’entre vous est en faveur de l’égalité réelle, certains ont peut-être des réserves. C’est pourquoi je voulais répondre à quelques objections communément faites à cette loi (je vous épargne les réflexions homophobes de base). (Vous pouvez zapper ce passage si vous êtes déjà convaincu.)

Ce n’est pas la priorité :

  • Certains disent que le débat autour de cette loi détourne l’opinion des vrais problèmes. C’est donc une bonne raison de clore le bec aux homophobes et de mettre fin aux discriminations au plus vite.
  • Aussi la discrimination a un cout : légitimation des violences et des meurtres homophobes, dépression, comportement à risques (notamment vis-à-vis du VIH), suicide (qui est toujours une des principales causes de décès chez les jeunes homos)… Il est temps d’agir.

Une loi pour une minorité :

Certains défenseurs du mariage entre personnes du même sexe récusent la dénomination de « mariage pour tous » qui serait trop timorée à leur goût. Mais je ne crois pas que « mariage pour tous » soit une expression politiquement correcte. Pour moi, une loi rendant la société plus juste en supprimant une discrimination est bien une loi pour tous et toutes. Nous avons tous et toutes intérêt à la fin de toutes les discriminations.

Le mariage, c’est ringard :

Là n’est pas la question. En autorisant le divorce, en reconnaissant la notion de viol conjugal… le droit a déjà transformé le mariage. Cette vieille institution d’oppression des femmes est devenue un contrat entre individus consentants et égaux. Son ouverture aux personnes du même sexe est une nouvelle étape de cette libéralisation, encore une fois pour le bien de tous.

Il y a déjà le PACS :

Au-delà du symbole et de l’égalité réelle, nous avons besoin de droits. Pour donner un exemple concret, le PACS n’a pas permis à mon ex (de nationalité australienne) d’obtenir un permis de travail en France après 3 ans de vie commune en Australie. La solution que nous proposait le Consulat pour rentrer en France était de demander un visa de tourisme longue durée (ne donnant pas droit à un permis de travail) en espérant qu’au bout d’un an la préfecture veuille bien nous accorder une carte de résident et un permis de travail (le PACS n’étant qu’un élément parmi d’autres de ses attaches avec la France). Je vous passe la liste de droits, notamment en termes de succession et de nationalité, n’étant pas au programme du PACS.

La société n’a pas à s’organiser pour offrir un droit à l’enfant :

Celle-là, je l’ai volée à Benoit Hamon.

  • Première réflexion : c’est pourtant ce que fait la société quand la sécurité sociale rembourse les FIV et autres PMA pour les couples hétéros ne pouvant pas avoir d’enfants naturellement. Devrions-nous refuser cela ? Soyons sérieux !
  • Il faut aussi remettre les choses dans leur contexte : le droit à l’adoption pour les couples homos, c’est avant tout la reconnaissance légale de familles déjà existantes. Donc la protection des enfants élevés par des couples homos, notamment en cas de décès de leur parent légal. Pour plus d’infos là-dessus je vous renvois sur l’excellente émission de France Inter « Interception » qui a donné la parole à des enfants de mères homosexuelles.

On peut être opposé au mariage, et notamment à l’adoption, pour les couples du même sexe sans être homophobe :

Pouvait-on être pour la ségrégation dans les bus américains et ne pas être raciste ? Peut-on être pour le maintien d’une discrimination tout en étant pour l’égalité ? À moins d’être contorsionniste, cela semble difficile, non ?

Pour la suite des objections possibles, je vous joins enfin une passionnante interview de Maurice Godelier, un anthropologue, publiée dans Le Monde.

Étant en Australie, je ne pourrai pas me rendre à la manif du 16 décembre à Paris : j’avais besoin d’agir d’une façon ou d’une autre. J’espère donc que ce long mail vous aura convaincu de faire quelque chose pour moi en tant qu’ami, pour les gays et les lesbiennes qui sont vos ami-es, vos parents, vos frères, vos sœurs, vos cousins et cousines, vos collègues, vos voisin-es, pour vos enfants et petits-enfants qui pourront grandir en aimant qui ils veulent aimer, pour vous en tant qu’amoureux de la liberté et de l’égalité.

Quelques idées pour agir :

  • Faites suivre ce billet.
  • Postez des messages de soutien sur Facebook, sur Twitter, sur votre voiture, dans le dos de votre blouson 
  • Parlez-en autour de vous.
  • Écrivez à votre député, à votre maire, au Président de la République.
  • Rendez-vous à la manif du 16 décembre à Paris ou organisez la vôtre si vous n’habitez pas à Paris.

Pas la peine d’aller vous faire casser la gueule par des cathos intégristes non plus.

En attendant de pouvoir vous inviter à mon mariage,
Alex Lassalle

Publiez votre commentaire

Mollom CAPTCHA

Commentaires

Personne n’a encore commenté cette page.

Flux RSS pour les commentaires de cette page | Flux RSS pour tous les commentaires